vendredi 16 mars 2012

Atlassian Unite Paris 2012

Le 15 Mars 2012 s'est déroulée Atlassian Unite Paris au centre de conférence CAP15 près de la tour Eiffel. Atlassian Unite est une tournée européenne faisant arrêt à Londres, Paris et Francfort. C'est l'occasion d'une journée de présentations, networking et retours d'expérience entre employés, partenaires et clients d'Atlassian. 
Atlassian Unite, Jean-Michel Lemieux, Atlassian
L'accueil à Paris commence à 10 heures alors qu'il est à 8 heures dans les deux autres villes visités, Londres et Frankfort. Le parisien n'est pas lève tôt on dirait ! Une fois un bon café pris, Jean-Michel Lemieux, VP of Engineering nous accueille et nous parle dans un français québécois de l'adolescence d'Atlassian. Après 10 ans d'existence, cette société semble selon lui entrer dans une nouvelle période de croissance.

Toujours intéressé par de nouveaux recrutements, Atlassian lance un bus de recrutement sur les routes d'Europe dans une campagne appelée "15 developers in 15 days".

Jean-Michel évoque ensuite OnDemand, la nouvelle offre en SaaS d'Atlassian, qui accueille environ 150 nouveaux clients chaque jour, pour un total de plus de 5000 depuis 4 mois.

Jean-Michel embraye sur l'écosystème des produits Atlassian. Les installations de Jira comportent en moyenne 6 plugins, ce chiffre va croissant depuis 3 ans. Le Plugin Exchange comporte maintenant 5000 releases de Plugins pour 3 millions de downloads depuis 2007. Pour faciliter l'expérience d'achat, l'installation et la mise à jour des plugins, Atlassian va proposer au mois de Juin un Marketplace jouant un rôle d'App Store.

Jean-Michel nous parle ensuite de HipChat qui depuis son rachat par Atlassian se répand comme une trainée de poudre au sein de la société. Assez complémentaire aux précédents produits Atlassian, HipChat facile le dialogue temps réel en équipe et peut être branché aux streams de notifications afin de trouver en un seul point toutes les nouvelles agrégées. Atlassian offre HipChat gratuitement pendant 6 mois avec le code de réduction "loveatlassian".

Team Calendars est un nouveau produit chez Atlassian. Porté par seulement 2 développeurs, Team Calendars a déjà connu 10 releases en seulement 9 mois. Ce à quoi sont le plus sensible les utilisateurs de Team Calendars sont les intégrations avec Jira. La prochaine version 2.0 permettra de mettre à jour les dates des tickets sans quitter Team Calendars.

Sorti fin Février, Jira 5.0 est la nouvelle évolution majeure du produit phare d'Atlassian. Cette version apporte une maturité et une stabilité de ses API, 140 plugins déjà prêts. J'ai déjà eu l'occasion de mentionner ces nouveautés, je reviendrai ici sur un point intéressant mis en avant par Jean-Michel. Jira 5 ajoute à la stricte machinerie des tickets et des workflows un mode de communication plus informel, basé sur les @mentions qui préviennent les utilisateurs lorsque ceux-ci sont cités dans un ticket ou dans un commentaire. Jira 5 apporte aussi la possibilité de simplifier la page de création de ticket, pour par exemple ne présenter qu'une interface réduite à une personne déclarant un bug sans lui montrer tous les champs internes de l'équipe. Un nouveau plugin a beaucoup impressionné la salle : Issue Collector permet la création d'un formulaire modal que l'on peut incorporer à son site web pour capter du feedback, à l'instar de GetSatisfaction. Malin.

Jean-Michel nous dit simplement que tout ce que souhaite Atlassian c'est de réaliser des produits non seulement utiles, mais qui fasse tomber en amour leurs utilisateurs. Une vraie culture d'entreprise.

JIRA 5 et le futur de JIRA, Daniel Freeman, Atlassian

Avec un accent américain, Daniel vient nous dire que, pour les sociétés qui placent les produits Atlassian au coeur de leur système d'information, Atlassian propose une nouvelle offre Entreprise qui comporte une offre élargie de services. Culture d'entreprise oblige, les clients souscrivant à cette offre reçoivent des t-shirts aux couleurs d'Atlassian ! Atlassian semble avoir plus à annoncer bientôt à ce sujet, dans les domaine de la sécurité, de la facilité d'administration et d'archivage de grandes instances et de la performance.

Daniel donne quelques métriques issues collectées auprès de clients hébergeant de grosses instances de Jira. Certains clients peuvent avoir plus de 200.000 issues, plus de 100.000 utilisateurs, plus de 400 statuts, 700 types de bugs, 2700 types de champs custom, 3.000.000 de commentaires, 4500 groupes ou 1100 projets. Tout cela est bien au delà du raisonnable mais montre que Jira, même ainsi maltraité, tient la route. La première révision de Jira 5.0.1 attendue pour la semaine prochaine devrait déjà apporter un gain de performance. Afin de pouvoir tester la charge d'une instance de Jira, Atlassian propose à présent le Jira Data Generator plugins afin de créer des données en grand volume.

Jira 5 permet également de rechercher dans l'historique des tickets. Cela permet de répondre à des questions telles que : Combien de tickets sont reportés à une prochaine itération ? Quelle est l'équipe qui à eu le plus d'issue rejeté par la QA ?

Jira peut être utilisé pour supporter une organisation agile grâce à GreenHopper. Ce plugin a bien évolué, il est maintenant adapté à la création de dashboards Scrum ou Kanban, et permet l'affichage et la manipulation de plusieurs projets à la fois. Il permet également la visualisation des temps passés sur les tickets dans les différents stages, afin de trouver les défauts des processus et y remédier.

DVCS dans l'entreprise : comment Atlassian a fait le saut, Samuel Le Berrigaud, Atlassian
Samuel nous présente les DVCS, outils distribués de gestion de sources. La gestion de configuration est un sujet ancien et beaucoup d'outils existent, parmi lesquels le vénérable Subversion. Depuis longtemps des outils ajoutent la décentralisation, c'est à dire la possibilité d'avoir plusieurs repositories qui vivent en parallèle, sur une machine en réseau comme en local, et qui peuvent être aisément mergés. Les outils qui font consensus aujourd'hui, Mercurial et Git existent déjà depuis pas mal d'années et sont matures. Ces outils comportent de gros avantages techniques sur les outils centralisés, du fait que l'on dispose à tout instant de l'historique complet du source sans connexion réseau. Le chemin le plus simple pour leur adoption est de savoir qui dans l'équipe, parfois dans le plus grand secret, les utilise déjà et sera prêt à évangéliser les autres et à les former aux subtilités de ces outils. Un excellent conseil prodigué par Samuel est de changer d'outils sans changer de pratiques dans un premier temps, puis d'introduire par petites touches des processus tenant compte des possibilités des DVCS. Les outils Atlassian sont déjà tous prêts à fonctionner avec Git et Mercurial. En particulier Bitbucket permet la création d'un repository en quelques clics, de quoi prendre un bon départ.

Confluence comme un aimant à communauté, Daniel Freeman, Atlassian
Daniel nous explique que pour faire vivre la communauté autour du wiki, ce qui importe le plus est d'offrir d'excellents contenus : les contenus créent les communautés. Au sein d'Atlassian, Confluence est extensivement utilisé pour l'organisation des réunions, la conduite des projets et les rapports de Business Intelligence.

Partant du constat que le wiki restait trop compliqué pour des non-développeurs, Atlassian a créé une rupture avec une interface de saisie wysiwyg qui se veut simple et riche. Cette innovation semble payante puisque Confluence enregistre 20% de ventes supplémentaires et de bons feedbacks. Confluence 4.2 introduit par exemple un éditeur multi-colonnes dans cet esprit.

Daniel nous montre comment chez Atlassian les membres des équipes documentent de manière assez légère et utile et la communauté entière se sent concernée, consulte et contribue. Les rapports graphiques sont particulièrement impressionnants, ils sont réalisés avec des Plugins gratuits tirant leurs sources de bases SQL. Cela donne à Confluence un pouvoir magnétique pour créer la communauté.

Découvrir du contenu devient difficile lorsque la base de contenu est grande. Atlassian comporte 450 personnes et rencontre déjà ce problème. Confluence comporte à cette fin des fonctionnalités de partage nouvelles, basée sur les @mentions. Copiant les réseaux sociaux, Confluence permet maintenant de déclarer aimer un article et de trouver un stream d'articles populaires. Il permet enfin de recevoir par mail un résumé hebdomadaire des nouveaux contenus, afin de ne rien rater. Créer et Decouvrir sont les deux axes d'évolution de Confluence.

Presentations des experts, Petur Agustsson (Tempo), Alexandre Alquier (Valiantys) et Ali Ouni (Spectrum Groupe)

Atlassian met à l'honneur le réseau de ses partenaires en invitant sur scène trois entreprises experts. Tempo est l'éditeur d'un plugin Jira de TimeTracking dont le mantra est "Love Jira but hate timesheets". Valiantys est une société de service et éditeur de plugins Jira dont j'ai déjà parlé sur ce blog. Ils sont fiers d'afficher une identité de pragmatisme et de réactivité. Spectrum Groupe, enfin, est une société de service centrée sur la création de portails 2.0 sur mesure. Initiative intéressante, ils proposent un comparateur en ligne de 10 outils de gestion de l'information d'entreprise sur de multiples critères.

Confluence en tant que CMS : une fausse bonne idée ? Laurent Lacôte, Petals Link

Laurent Lacôte est le Atlassian User Group leader français. Il nous avait présenté lors du précédent User Group un retour d'expérience sur le déploiement de Jira au sein de Petals Link. Cette fois-ci, Laurent nous présente comment il a déployé Confluence pour un projet collaboratif, puis pour tous les besoins de sa société. Laurent raconte que la mise en place a été très incrémentale et a nécessité pas mal de développements de templates, de user macros et de plugins afin d'offrir des facilités de déploiement de nouveaux espaces pré-configurés. Lorsqu'ils ont commencé il y a quelques années, certains plugins manquaient ou n'avaient pas la maturité d'aujourd'hui, compliquant leur travail. Actuellement il leur manque toujours une bonne façon de gérer le multilinguisme et certaines interactions sont un peu complexes alors que l'on trouve plus simple dans des CMS. En revanche, ils bénéficient du fait que Confluence est à la fois très extensible et très bien documenté, y compris au sujet de la création de plugins. En ayant des développeurs Java à leurs cotés, ils ont réussi à l'adapter à leurs besoins spécifiques.

JIRA comme point focal de nos flux d'informations, Stéphane Oberlechner, STEF-IT

STEF-IT est la division système d'information de STEF, le géant du stockage et du transport alimentaire (si, vous savez, les camions avec deux cercles bleus entremêlés). Jira a été mis en place en 2007, de toute urgence pour piloter une TMA. De ce besoin très circonstancié, Jira est progressivement devenu un outil central pour 1400 utilisateurs, dont seulement un cinquième sont dans le domaine IT. Le serveur comporte déjà plus de 225.000 tickets, avec une croissance exponentielle. Les chefs de projets ne connaissent pas encore l'outil qu'ils veulent déjà de nouvelles cases à cocher, raconte très justement Stéphane. Stéphane explique clairement que si leur serveur Jira tient encore la route, c'est par ce qu'ils ont su dire non à la majorité des demandes de customisation ou de foisonnement, restant sur un Jira le plus simple et classique possible.

Afin de nous montrer les intégrations qu'ils ont réalisées, Stephane nous propose de suivre la semaine d'un chef de projet, commençant le lundi par l'attribution des demandes aux équipes, suivant les étapes du workflow de développement et finissant tard le vendredi par avoir des demandes satisfaites par du code validé et testé avec des outils tels que CAST et HP Quality Center. STEF-IT demande à Valiantys de mesurer la volumétrie et la performance de leur Jira deux fois par an. Stéphane insiste sur le fait qu'il trouve remarquable que le test JMeter de montée en charge soit fourni par Atlassian, il note qu'il y a peu d'éditeurs aussi transparents. Il insiste également sur la qualité de la documentation et de l'environnement de développement pour créer des plugins. Je trouve que la présentation de Stéphane était simplement la meilleur de la journée !

Retour d’expérience Thales, Jean-Christophe Mielnik, Thales Group

Jean-Christophe nous raconte comment, en remplacement de TikiWiki, Confluence s'est imposé au sein de Thales pour l'élaboration des documents pour 3500 personnes. Confluence est utilisé assez spontanément pour outiller des projets agiles, faciliter la veille et le partage d'informations ou organiser des événements. En particulier, Confluence est employé pour répondre aux projets collaboratifs européens. Thales avait déjà en place une GED LiveLink ECM pour y stocker ses documents de référence. Jean-Christophe a réussi à installer un consensus où les documents sont élaborés sur Confluence puis migrés vers la GED et référencés dans Confluence pour offrir de la visibilité sur les documents inclus dans la GED.  Jean-Christophe note que les principales difficultés qu'il ressent ne sont pas techniques mais culturelles : le partage n'est pas dans la culture de son entreprise et les gens associent systématiquement encore création de document à Word. A problème humain réponse humaine, il organise des rencontres afin que ses utilisateurs puissent échanger et se renforcer.

Créer une communauté Atlassian en France, Samuel Le Berrigaud, Atlassian

Samuel revient une dernière fois sur scène pour parler de la communauté Atlassian en France. Atlassian a plus de 500 entreprises clientes en France, pour un nombre estimé de 120.000 utilisateurs. Il constate que les Atlassian User Group, rencontres réelles entre les membres de la communauté, qu'ils soient administrateurs, développeurs, éditeurs, experts ou utilisateurs sont bien plus vivaces dans d'autres pays et il invite les personnes présentes à profiter pleinement de cette communauté. Atlassian sera présent à Devoxx France. Il y a aussi pour fin Mars le Atlassian Camp en Allemagne et, plus loin, la grosse conférence Atlassian Summit à San Francisco. Il y a de la place pour plus d'événements locaux, à Paris ou ailleurs.

Cette journée a pris fin avec un beer-event chaleureux, sous le soleil de Paris.
crédit photo : Stéphane Bagnier

2 commentaires:

  1. C'est claire cette journée au CAP 15 quai Grenelle était très riche!
    L'éditeur Atlassian a certainement encore de beaux jours devant lui. Mais je pose la question alors:

    Dans un contexte agile, une utilisation totale de ces outils serait-elle une menace pour l’agilité pure ?

    RépondreSupprimer
  2. Après ce compte rendu très clair et détaillé, je propose celui ci, du Summit Atlassian 2012 à San Francisco:

    http://summit-atlassian.blogspot.fr/

    Juste un feed back, perso (qq fois un peu décalé!)

    A bientôt!

    RépondreSupprimer